"La Terre est bleue, comme une orange."
Paul Eluard

Pérégrinations d'une famille en camping car autour du monde.

Bogotá

Nous avons atterri à Bogotá le 9 août et, après un passage par la migracion pour faire tamponner nos passeports et par un restaurant pour manger un peu, nous avons récupéré les clés de ce qui allait être notre logement jusqu'au 30 octobre. Nous nous sommes installés doucement et finalement nous avons profité de notre pause pour apprécier quelques joies de la sédentarité : prendre des douches TOUS les jours et profiter de la cuisine immense comparé à celle de Phileas. Les filles ont pu aller au parc quasiment tous les jours de notre séjour excepté les jours de nos excursions dans le sud de la ville, en effet nous avons loué un appartement dans le nord de la ville et celle-ci s'étend beaucoup. Il nous faut parfois plus d'une heure pour rejoindre notre destination selon où celle-ci se trouve ainsi que selon les bouchons, le trafic routier étant très dense. Nous nous sommes baladés un peu mais avons préféré reporter nos visites des musées et des quartiers intéressants pour la venue des parents de Pierre-Louis.

Entre temps, Pierre-Louis a fait un passage éclair à Santa Marta pour récupérer Phileas et le conduire jusqu'au parking que nous avions repéré à côté de notre appartement. Cette petite excursion de 950km aller (en avion) et idem retour (par la route) a été réalisée alors que je me trouvais en fin de grossesse et cela nous a procuré un peu de stress et beaucoup de fatigue. L'un à cause des nombreuses démarches à faire pour récupérer notre véhicule (la paperasse colombienne est parfois, souvent (toujours!) fastidieuse), l'autre en raison de deux poulettes à gérer avec des douleurs dans les côtes (petite précision, je suis tombée dans la salle de bain 3 jours avant le départ de Pierre-Louis et me suis cognée le côté droit dans les toilettes, me créant au passage une crise de panique et une énorme douleur).

Nous avons eu ensuite le bonheur d'accueillir notre petite Aurore en accouchement à domicile le 17 septembre et nous avons commencé notre vie à 5.



Dix jours après la naissance d'Aurore, les parents de Pierre-Louis sont arrivés à Bogota pour 15 jours afin de nous revoir et de rencontrer miss Colombie. Leur séjour aura été ponctué de sorties au parc, de visites en tout genre dans la capitale, de repas dans différents restaurants et de découverte de fruits exotiques colombiens non commercialisés en France.

Nous avons visité le musée Botero, que nous avons adoré, le musée est de taille ni trop petite ni trop grande pour les filles et les œuvres sont assez ludiques. Nous avons pu visiter le musée de l'or dans lequel sont exposées des pièces en or précolombien retrouvées partout en Colombie, représentant l'histoire des différents peuples indigènes de ce pays. Nous avons également fait deux balades dans la Candelaria, le centre historique de Bogota, une balade dans le Chapinero, quartier un peu plus au nord de la Candeleria mais au sud de la zone ou l'on habite et deux balades dans le Chico, pour effectuer les papiers pour Aurore à l'ambassade de France (une première visite pour la déclaration à l'état civil et une seconde pour la demande de Passeport) Nous sommes également allés visiter le jardin botanique, malheureusement, les serres étaient en reconstruction mais nous avons apprécié notre après midi à flâner dans les jardins exotiques. Nous avons fait une sortie au Cerro Monserrate en téléphérique, c'est une église située sur une montagne surplombant le centre de Bogota (à 3100 mètres) et offrant une vue imprenable sur la ville. A chacune de nos sorties, nous avons testé des restaurants correspondants à nos préférences alimentaires, qui sont nombreux à Bogota.



Bilan des fruits découverts : la granadilla (fruit préféré de Maude et Camille), le pitaya local (différent de celui d'Asie et d'Amérique Centrale, bien apprécié de nos visiteurs), la tomate de arbol (fruit préféré du papa de Pierre-Louis), le maracuya (acide mais délicieux), la figue de barbarie locale, la goyave poire, la papayuela et sûrement d'autres que j'ai peut-être oubliés. Nous avons aussi fait découvrir aux parents de Pierre-Louis les arepas (sorte de pancakes à la farine de maïs) et les empanadas et ils ont aussi beaucoup apprécié découvrir la chayotte, la banane plantain, le maïs local, les cubios, le yucca etc...



Maude et Camille se sont fait beaucoup de copains au parc pendant notre séjour et nous avons reçu une invitation de la part d'une copine, Belen, qui fêtait ses 4 ans avec une copine à elle. Nous nous sommes donc rendus dans un lieu qui organise des anniversaires pour participer à cette fête, le tout déguisés, Maude en Captain America et Camille en astronaute. Nous avons rencontrés plein de personnes, des parents et des enfants, dont presque la moitié sont français, les filles ont bien joué avec les autres enfants, en français et en espagnol.



Pierre-Louis a pu réparer le frigo (en tout cas, une partie), ce qui fait que celui-ci devrait nous poser moins de problèmes, faire refaire un nouveau porte-vélo sur mesure (le tout pour moins de 50 euros) et remettre à neuf son vélo (qui était tout rouillé et qui avait sa chaîne cassée). On en a profité aussi pour faire des doubles des certaines clés un peu particulières, première fois depuis notre départ qu'on trouvait quelqu'un pour nous faire des clés comme ça.


Dernière étape avant de partir de Bogota, nous avons fait le cierre de cuarantena (fin de quarantaine), 40 jours après la naissance d'Aurore, ce qui a consisté en une séance bains et massages aux plantes pour Marion et Aurore par nos sages femmes. Le lendemain, on est partis avec celles ci à Guadalupe, montagne voisine de Monserrate pour enterrer le placenta d'Aurore. Cela fait parti de la tradition Muisca que nos sages femmes pratiquent et que nous étions curieux de découvrir. Après une cérémonie de remerciement à la terre mère et des chants Muisca, Pierre-Louis est parti enterrer le placenta au pied d'un grand arbre, dans la forêt avec Bibiana. Après une petite cérémonie, nous sommes partis boire une agua de panela avec nos sages femmes.



Petites informations diverses sur Bogota et ses habitants :

  • Les Bogotanos sont très respectueux des autres. Dans les bus, dès que l'on rentre, trois places se libèrent immédiatement pour Marion, Camille et Maude. Ceux qui sont debout n'hésitent pas à secouer ceux qui sont assis pour nous laisser la place. Si le bus est plein, personne ne pousse, les gens attendent le suivant (la notion de plein n'est pas la même, on est à peine serrés). On croise des files de gens attendant le bus, en deux rangs parfaits pour les deux portes du bus !

  • Les routes sont tout de même en assez mauvais état et les chauffeurs roulent très vite... Il vaut mieux éviter l'arrière des bus où l'on rebondit vraiment trop.

  • La ville est quadrillée en carreras (parallèles aux montagnes à l'est) et en calles numérotées. Ce qui fait qu'il est vraiment facile de se repérer. En un coup d’œil, on sait ou on est dans Bogotá et vers où on doit aller.

  • On a trouvé énormément de restaurants Vegan, disséminés un peu partout dans la ville. Les Bogotanos apprécient d'aller manger dans ces restaurants même s'ils ne sont pas eux mêmes végétariens.

  • Comme partout en Amérique centrale, beaucoup de petits boulots. Tous les immeubles (au moins dans les quartiers nord) ont des portiers 24h/24 et une femme de ménage à plein temps. Le recyclage est fait par des petites mains qui se promènent avec des charrettes à bras et qui trient les poubelles à posteriori. On retrouve les cireurs de chaussure, les vendeurs de tout et de rien (sucreries, chips, eaux aromatisées, balais brosse, cerfs volants, sacs poubelles, …) au milieu des files de voitures embouteillées.

  • En Colombie, les gens sont (très) surpris de croiser des bébés dehors. Les gens ont du mal à concevoir que Aurore, à un mois, puisse être de sortie en dehors de chez elle. Certains la prenne pour une poupée et les enfants répètent : « Mira, es un bebe de verdad! ». Il est de mise que la mère et l'enfant restent à la maison au moins le premier mois et probablement beaucoup plus pour le bébé.

  • Les Bogotanos (apparemment c'est moins vrai dans le reste de la colombie) font un usage excessif du diminutif, ils parlent del calorcito, de la bebecita, de la dolorcita, las aguitas, la madrecita et el padrecito, los pequenitos par exemple et Sara se transforme en Sarita.

  • Dans le quartier où nous avons séjourné, les Bogotanos avaient du mal à concevoir qu'un enfant de moins de 4-5 ans puisse faire des choses tout seul. Nombreux ont été surpris de voir que Camille, 3 ans, sache monter sur un toboggan toute seule et beaucoup surveillaient nos filles avec attention de peur qu'elles ne tombent des structures ou du tourniquet.

  • Nous sommes une grande attraction, pour les gens des villes en tout cas, avec nos 3 filles. D'une part par notre physique, principalement nos yeux bleus et les cheveux bouclés de Maude, mais aussi car nous avons trois enfants là ou les Bogotanos n'en ont grand maximum que 2. Une femme croisée en ville nous a même presque interdit de faire d'autres enfants car 3 c'est déjà beaucoup trop.



Bogota est une grande ville qui a priori n'avait pas grand chose pour nous plaire mais contre toute attente, nous avons pris plaisir à nous balader dans les quartiers et à nous mêler à leur vie. Nous avons été accueillis à bras ouverts par des gens qui ne nous connaissaient absolument pas mais que nous reverront avec plaisir lorsque nous reviendrons dans la capitale un jour, car nous y reviendrons pour qu'Aurore découvre sa ville natale, son pays et ses sage-femmes et pour que nos deux grandes puissent peut-être revoir leurs copains.

Commentaires

Pour écrire un commentaire, vous devez vous connecter :

Pas encore de commentaire.

Où sommes nous ?

Nous sommes arrivés à Glacier Perito Moreno il y a 1 jour.

Carte complète

Un peu de tri

Vous aimez Autour de l'Orange Bleue et vous voudriez créer un site similaire, créez votre site de voyage gratuitement avec TrotBlogger ! , une plateforme de blog spécialement créée pour les voyageurs.

Nos dernières aventures

Suivez nous

Photos au hasard

Nous suivre en RSS

S'abonner

Vous pouvez vous abonner à notre newsletter en utilisant votre adresse e-mail ou votre compte sur TrotBlogger, Google ou Facebook. Choisissez votre façon de vous abonner et recevez des mails à chaque nouvelle publication !